Journées d'études du Mémorial du camp de Rivesaltes

Intervention des élèves du lycée Jean Lurçat aux Journées d'études du Mémorial du camp de Rivesaltes.

      Le premier thème abordé cette année par les Journées d'études du Mémorial du camp de Rivesaltes était ''La vérité du témoin''. Le témoin dit-il la vérité ? De quelle vérité s'agit-il ? Comment le témoignage peut-il contribuer à un récit historique ?

      Ce sont ces problématiques qui ont structuré le travail de la classe de 1èreL1 dans le cadre du projet ''Jeune et citoyen'' proposé par l'équipe du Mémorial.


Vendredi soir, la classe était conviée à présenter son travail, en présence de Denis Peschanski, historien, spécialiste de la France pendant l'occupation, Président du comité scientifique du Mémorial ; Michel Agier, anthropologue, et  Henri Boyer, professeur des Universités, sociolinguiste.
   
     Dans un exposé introductif, Denis Peschanski a expliqué pourquoi le témoignage ne peut pas être, pour l'historien, une source comme une autre. Un témoignage informe autant sinon davantage sur l'époque pendant laquelle il a été produit que sur les événements auxquels il se rapporte. Plutôt que source pour l'historien, il devient ainsi un objet d'étude.
      Michel Agier et Henri Boyer ont ensuite apporté l'éclairage de leur discipline respective sur les processus de création du récit d'un témoin.
      Enfin, Louna et Téa ont présenté les différentes actions à travers lesquelles les élèves de 1èreL1 ont été amenés à réfléchir à la vérité du témoin. La visite du Mémorial leur a permis d’être confrontés aux témoignages oraux recueillis dans ''les forêts de témoins'' . Elle a été aussi été l'occasion d'un échange par Skype avec Denis Pechanski qui a répondu à toutes les questions des élèves sur la collecte des témoignages et plus généralement des sources, sur leur confrontation...bref, sur la démarche de l'historien.
L'analyse et la confrontation du témoignage, recueilli par le Mémorial, d'une sœur et de son frère, enfants de harki et internés au camp de Rivesaltes, ont permis de s'interroger sur les différences entre deux témoignages sur une expérience identique.
Les élèves ont aussi fait l'expérience de la production de ''témoignages'' en se projetant dans une situation historique dont ils ont approfondi l'étude pour donner le plus de véracité au ''témoignage'' imaginé.
Enfin, ils ont assisté à une représentation théâtrale '' La 9ème nuit, nous passerons la frontière'' et échangé avec les artistes sur cette forme de ''témoignage'' sur la question des migrants.
      En guise de bilan, Louna et Téa ont souligné que ce travail sur '' la vérité du témoin''
 a permis aux élèves de leur classe de faire évoluer leurs représentations sur le témoignage, de pouvoir mieux appréhender la distance critique que requiert son utilisation, mais aussi d'approfondir leur réflexion sur les mécanismes d'exclusion de populations jugées indésirables à différentes périodes.


La deuxième journée d’études du Mémorial du camps de Rivesaltes a aussi mis à l’honneur le lycée Jean Lurçat et plus particulièrement les élèves de 1°TA .
La problématique d’étude était « A quoi sert un Mémorial ? »
Après un éclairage scientifique de Brigitte Sion, universitaire spécialiste des questions mémorielles, Enola, Sophie et Anaïs ont donné leur propre vision du Mémorial et de son rôle. Elles ont pour cela expliqué leur parcours dans ce projet, et la conception de leur maquette. Chaque maquette propose une vision personnelle de son concepteur.
Elles ont ensuite débattu avec la salle, et avec des spécialistes tels que Denis Peschanski , Agnes Sajaloli, directrice du Mémorial, Jaqueline Eidelman, sociologue.

Ces journées d’étude au Mémorial de Rivesaltes ont permis aux élèves de montrer leur travail, de se confronter à des spécialistes pour donner leur point de vue sur les questions d’étude.
Elles ont ainsi montré les possibilités de partenariat, d’une grande richesse et d’une grande diversité avec le Mémorial, avec qui le lycée espère pouvoir continuer à travailler.
Ces journées ont encore montré l’engagement de nos élèves, leur motivation à parler de Culture et de Citoyenneté.
 Un Grand Merci à Agnès Sajaloli et à l’équipe du Mémorial pour la place donnée aux élèves.
Un Grand Merci aux élèves pour leur implication.

Denis Baziries et Marie Cwiczynski