Journée du Handicap

Compte-rendu de la journée du Handicap organisée par la  MDPH de Perpignan

Les élèves de Bts ESF de 1ere année se sont rendues avec leurs professeures Me Boesch (techniques d’animation), Me Damais (connaissances des publics) et Me Lechelon (communication ) à une journée exceptionnelles autour du handicap…..

Télécharger l'article :

Les élèves de Bts ESF de 1ere année

 

Compte rendu de la journée du « Handicap » organisée par la MDPH de Perpignan.

Les élèves de Bts ESF de 1ere année se sont rendues avec leurs professeures Me Boesch (techniques d’animation), Me Damais (connaissances des publics) et Me Lechelon (communication ) à une journée exceptionnelles autour du handicap…..

Nous remercions chaleureusement Me Carole Respaut du conseil Départemental, organisatrice de cette journée, pour son enthousiasme, son dynamisme et son accueil. Nos élèves ont donc pu réaliser le questionnaire de satisfaction distribué à tous les élèves , professeurs et intervenants présents, échanger avec des professionnels, prendre des contacts, allier la théorie à la pratique autour de ce public spécifique et surtout aller à la rencontre des personnes handicapées afin de lever certaines barrières… un belle rencontre qui n’est que le début de ce partenariat qui a permis de changer le regard sur le handicap….et peut être des choix de carrières professionnelles se sont révélées ou se sont affirmées…..

Voici le témoignage d’une de nos élèves, Thamara Lemorvand, de Bts ESF1…….

La matinée que nous avons passée à la journée officielle du handicap organisée par la MDPH présentait plusieurs parties. Elle s’est organisée de 9h à 12h pour notre classe de BTS ESF même si d’autres classes de lycée ont pu rester jusqu’à 17h.
Tout d’abord : 9h, buffet libre pour le petit déjeuner, accueil des différents publics : les classes de lycées de Perpignan (Lurcat Esf, Lurcat Morea, Maillol, Villelongue, …)
Ensuite nous avons eu une présentation du déroulement de la journée entière avec un discours de bienvenue de Madame François FITER, vice présidente du département, et conseillère départementale en charge du handicap et de madame Carole Respaut , responsable événementiel du conseil départemental.

Suite à la présentation, nous avons pu nous orienter librement vers le forum «  sensibilisation aux handicaps » Présentant diverses associations :

  • Le handicap moteur, présenté par l’Association des Paralysés de France ( APF) ainsi que l’Association Francaise contre les myopathies (AFM Téléthon)
  • Le poly-handicap : présenté par l’Association de Défense des Polyhandicapés ( ADEPO)
  • Le handicap visuel : présenté par l’Association « La vue au bout des doigts » ainsi que « Amicale des déficients visuels »
  • Le handicap auditif : présenté par l’association pour l’Intégration des Déficients Auditifs des Pyrénées Orientales ( APIDA 66)
  • Le handicap mental : présenté par l’Union Nationale des Amis et Parents de Personnes Handicapés Mentales des Pyrénées Orientales ( UNAPEI 66 )
  • Le handicap psychique : présenté par l’Union Nationale des Familles de Malades Psychiques des Pyrénées Orientales ( UNAFAM)
  • L’autisme : présenté par Sésame Autisme Languedoc Roussillon


J’ai, plus particulièrement, pu dialoguer avec le représentant du forum du handicap psychique, notre conversation s’est orientée notamment sur la consommation du cannabis et ses conséquences. L’animateur du stand n’était autre qu’un père adoptifs d’enfants qui, à l’heure d’aujourd’hui ont la majorité, et qui ont tous deux sombré dans la consommation de drogue douce tel que le cannabis qui a terminé par de la paranoïa et de la schizophrénie. Il nous a alors expliqué qu’il n’était pas contre la consommation du cannabis mais au contraire, pour sa légalisation.
Notre question était alors : Pourquoi ?
Ce à quoi il nous a répondu, qu’au temps de nos parents, le taux de THC était largement moindre par rapport à aujourd’hui. A l’époque, le taux était de 2 à 3% alors qu’aujourd’hui il s’élève de 30 à 40%. Il défendait le droit de légaliser cette herbe qui, selon lui, une fois en vente légale, redescendrai en taux de THC et serait donc moins conséquent sur l’Homme. Causant alors des lésions au niveau du cerveau, le cannabis agit sur le fonctionnement du cerveau plus particulièrement lors de la période 13-21 ans car c’est la période où il se développe. Mais d’après ses arguments, une personne développant une forme de schizophrénie est, d’après lui, prédisposé à cette maladie, le cannabis n’accentuerai que le phénomène.
Nous avons alors pu échanger librement sans le moindre jugement ou la moindre morale, grâce à certains élèves de différents lycées qui échangeaient sur leurs expériences de consommation et certains vécus vis-à-vis de leur entourage qui a pu dépérir.

Par la suite, j’ai pu échanger avec les animateurs du stand mal voyant. Une personne mal voyante nous a fait sentir différents gobelets dans lesquels il y avait différents sirops, le but du jeux étant de deviner ce que c’était sans y goûter et ainsi faire appel à d’autres sens.
Nous avons pu ainsi converser sur les différentes difficultés quotidiennes qu’ils pouvaient rencontrer.
J’ai aussi pu apprendre qu’un chien guide d’aveugle est un chien fait en don à une personne mal voyante ou non voyante. En aucun cas la sécurité sociale, ou la MDPH n’intervient dans l’obtention d’un de ces chiens guide.


Aux alentours de 11h, nous avons pu visionner une vidéo crée par l’APF, faite de mises en scènes par différents jeunes atteints de handicaps, principalement moteur. Ces vidéos montrent par exemple un jeune en fauteuil roulant, avec sa tiers personne, qui se prépare a aller a l’école. On nous montre alors les difficultés a rentrer dans une baignoire, le temps que l’on met en plus lorsque l’on est invalide, et les difficultés rencontrées sur le trajet, comme une voiture garée sur un trottoir, obligeant la personne paralysée a descendre du trottoir et emprunter un bout de route afin de continuer sa route. Ce fut une vidéo de sensibilisation qui, a, selon moi, eu son effet.

En troisième stand et dernier que j’ai pu faire, nous j’ai pu dialoguer avec un représentant de l’association APIDA 66 représentant le handicap auditif. Celui-ci nous a expliqué les difficultés sociales et professionnelles qu’entraînent ce handicap, et les conséquences morales et psychologiques que ces difficultés entrainent chez ces personnes.

Pour clôturer la matinée, les jeunes de l’association UNAPEI 66, atteints de trisomie 21 nous on fait une représentation sur plusieurs musiques hip hop. Ce fut un moment riche en émotion, qui a fait fureur étant donné que pratiquement tous les jeunes de la salle les ont rejoint pour danser collectivement sur la chorégraphie crée par l’animatrice de l’ADAPEI. Ensuite, nous avons pu partager un moment convivial autour d’un buffet varié et riche.

 

Mes seules recommandations à l’égard de cette journée : Organiser sur un plus grand espace, car lorsque les jeunes en fauteuil électriques devaient se déplacer, nous avions des difficultés à leur laisser de la place par manque d’espace, idem pour les personnes mal voyantes… ce qui démontre bien de la difficulté d’intégration et d’insertion de la personne handicapée dans notre société.

Mes impressions : J’ai beaucoup aimé dialoguer avec les personnes que j’ai rencontré lors de cette matinée, et j’aurai aimé y rester la journée afin d’avoir le temps de pouvoir visiter tous les stands et en apprendre plus sur les divers handicaps présentés.

LE MORVAND Thamara

Les élèves de Bts ESF de 1ere année